LES ZUCCHERINI[1]

de Luciana dla Piev cina (de la petite piève)

Je suis née à Barbarolo, un petit hameau de la commune de Loiano, composé d’une église et d’une poignée d’habitations entourées de champs de blé et de luzerne. On était tous très liés et chaque occasion était bonne pour faire la fête. En particulier, je me rappelle du mariage de Berto, le fils de nos voisins.

En ces temps-là, le repas de noces ne se donnait pas au restaurant, mais chez l’époux, et tout le voisinage participait à l’organisation du mariage. Certains apportaient les chaises, d’autres le service de table finement décoré, d’autres encore la nappe au point de Flandres, lavée avec de la lessive à la cendre de bois (arsia en dialecte), et chaque famille devait cuisiner des plats pour le banquet.

Cette fois-là, on avait préparé les zuccherini. Ma sœur et moi, on s’occupait du chauffage du four, pendant que maman préparait la pâte. Une fois les zuccherini cuits, on procédait avec l’inconditura (le glaçage). Je me rappelle encore du petit bruit qu’ils produisaient quand maman les faisait sauter avec habileté dans un bol blanc émaillé pour les enrober de glaçage. Le parfum d’anis embaumait toute la maison. Une fois glacés (insalsati), on les posait sur la planche pour les faire sécher. Maman nous permettait de manger ceux qui étaient cassés...

La fête de mariage durait un jour entier, animée par des danses et des chants montagnards, les cris des gamins et beaucoup de bonne humeur.

Cette atmosphère magique nous faisait oublier la fatigue des préparatifs.

Ingrédients

1 kg de farine, 300 g de sucre, 150 g de margarine

Un sachet de levure en poudre

Zeste de citron râpé

6 œufs, graines d’anis

Pour le glaçage :

2 verres de sucre, un verre d’anis, un peu d’eau

Un bol émaillé avec des poignées

Préparation : Mélangez tous les ingrédients en formant une boule de pâte. Étalez-la au rouleau à pâtisserie sur 1,5 cm d’épaisseur environ, coupez-la en bandes et formez des petits donuts. Cuisez-les dans le four à bois.

Pour le glaçage : faites cuire tous les ingrédients dans le pot émaillé. Le mélange sera prêt lorsque vous apercevrez le fond du pot en traçant une croix à l’aide d’une cuillère en bois. Plongez les zuccherinis dans le glaçage ainsi obtenu, posez-les sur la planche et laissez-les sécher.

 

[1]                      [zukkeʁini]Biscuits au goût d’anis typiques de l’Émilie en forme de petits donuts blancs. Ils acquièrent cette couleur puisque, une fois cuits, ils sont plongés dans un glaçage de sucre, eau et anis. Préparés avec des ingrédients assez coûteux, ils étaient cuisinait surtout en occasion des mariages.